Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un centriste EnMarche

    Voilà revenus les temps de la division ! L’unité de façade des centristes, dont le nom est (on a presque envie d’utiliser l’imparfait) l’UDI, est en ruine. La primaire de la droite et du centre, la victoire (surprise) de François Fillon ont mis à jour les profondes divisions qui séparent les différentes chapelles centristes, éclatées désormais en trois voire quatre groupes.

    Le premier groupe est constitué des centristes qui se sont immédiatement précipités dans les bras du vainqueur, qui ont identifié des valeurs communes avec François Fillon et paraissent essentiellement motivés par des considérations politiciennes. Des sièges ! Des sièges ! Des sièges ! A la tête de ce groupe Hervé Morin et Maurice Leroy.

    Le second groupe rassemble des centristes qui ont soutenu Alain Juppé, qui regardent le programme de Fillon avec circonspection, qui s’inscrivent dans une stratégie d’alliance et non de ralliement et sont plutôt dans la perspective de maintenir l’union entre la droite et le centre. A la tête de ce groupe, Jean-Christophe Lagarde.

    Un troisième groupe rassemble des centristes qui considèrent avec intérêt la démarche d’Emmanuel Macron «  qui porte l’ambition, grâce à l’Europe, de nous redonner notre souveraineté face aux défis de la mondialisation, qui place l’humanisme, la liberté et la responsabilité au cœur de son projet, qui nous libère du clivage clanique « Droite-Gauche » et des corporatismes de tous ordres. »  Ce sont les mots de soutien de Jean Arthuis, le premier à se mettre En Marche, rejoint par des centaines de jeunes UDI (suspendus de leur responsabilité à cause de leur choix) et par d’autres militants, sympathisants centristes, les réseaux sociaux en témoignent.

    Le quatrième « groupe », si j’ose ce mot, pourrait être constitué des ultimes supporters de François Bayrou ; je doute qu’ils soient légion.

    Pour ma part, mon envie est de m’engager aux côtés de ceux qui soutiennent la candidature d’Emmanuel Macron.