Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vote de la loi Macron ; révélateur du dysfonctionnement de notre démocratie

    La séquence de la loi Macron laisse un goût amer.
    La loi, en elle-même, n'est pas une " grande" loi mais a le mérite d'apporter quelques avancées (même si je suis réservé sur les dispositions prévues pour le travail dominical).
    Elle a mis en lumière l'incapacité du PS à gouverner le pays, écartelé entre ceux qui tentent d'apporter des réponses - insuffisantes certes - aux difficultés du pays et ceux qui versent dans le dogmatisme et accusent le gouvernement de renier leurs engagements, oubliant un peu rapidement que F. Hollande a remporté les primaires contre une ligne "plus à gauche " incarnée par Martine Aubry.
    Elle a mis en lumière, également, une attitude peu responsable de la droite et d'une partie du centre drapées dans une opposition systématique alors que les orientations de la loi Macron auraient pu recueillir l'acquiescement d'une bonne partie des députés UDI et UMP. 

    Tout cela donne un sentiment que notre démocratie ne fonctionne pas bien. Les pressions prêtées à des responsables UMP auprès de députés centristes qui auraient été tentés de voter le texte présenté par E. Macron, portant l'ombre d'une menace sur leurs prochaines investitures   accentuent ce sentiment. Un scrutin à la proportionnelle non seulement donnerait aux centristes leur juste représentation mais aussi les libérerait des chantages de leurs "alliés ".