Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • les débuts européens de Hollande : un sentiment partagé

    Première déception : la nomination du ministre chargé des Affaires Européennes, un noniste !

    Une satisfaction : rupture avec la pratique sarkozyste de traiter les questions européennes exclusivement avec l'Allemagne; le temps de l'intergouvernabilité à deux semble révolu; désormais d'autres pays sont associés à la recherche des solutions pour répondre à la crise que traverse l'Union Européenne.

    Une deuxième satisfaction : la détermination de François Hollande à promouvoir une politique de croissance.

    Une crainte pour terminer, mais essentielle : l'absence apparente de "grand dessin européen" de François Hollande. Faiblesse intellectuelle ou faiblesse à l'égard des nonistes de sa majorité?

     

     

  • Le concile des Trente

    Trente : c'est le nombre des députés centristes et radicaux élus dans la nouvelle Assemblée nationale. Faible moisson d'autant plus faible que ces honorables parlementaires sont éparpillés en plusieurs petites chapelles.

    Pour une fois, Jean-Louis Borloo semble avoir été le plus rapide en créant le groupe "Union des Démocrates et Indépendants" qui compterait 17 membres, essentiellement des radicaux et des dissidents du Nouveau Centre.

    Première étape de la reconstruction du Centre ou nième épisode de l'éparpillement des centristes ?